Célestin

 

Célestin, c’est le nom d’un petit garçon.

Il est comme tous les autres enfants, tantôt joyeux, tantôt dans la lune, tantôt triste, tantôt en colère… Tantôt il ne comprend plus du tout ses parents, tantôt ses parents ne le comprennent plus du tout.

Il habite une jolie maison avec un grand verger.

 

Tout au fond du verger, il y a un grand arbre qui porte le nom de chêne. Il a un énorme tronc, des racines qui s’étirent très loin dans la terre pour aller puiser sa nourriture. Il a aussi des  branches qui s’allongent, très haut dans le ciel, pour recevoir la lumière.

Il y a longtemps qu’il est là . Lorsqu’on s’en approche, ce grand arbre dégage comme une certaine sagesse et une grande force. On s’y sent bien.

Au pied de cet arbre, dans son tronc, il y a une cavité.

C’est là  que Célestin, quand il est triste, aime à  se refugier. Quand il s’y trouve, on dirait un petit fœtus, blotti dans le nid douillet du ventre de sa mère.

Un jour Célestin est particulièrement triste. Il a très mal dans sa tête, et surtout, très mal dans son cœur, il vient se refugier, comme à  son habitude près de son ami l’arbre.

Après avoir sortit de gros sanglots, tout épuisé, il s’endort.

 

Et voilà , qu’il se met à  rêver…

 

Il est couché tranquillement près de son arbre, quand tout à  coup, il voit s’approcher de lui un immense oiseau. Un oiseau qui ne ressemble pas du tout aux oiseaux qu’il a l’habitude de voir se percher sur les branches de ce chêne… Oh non ! Celui-ci est blanc, tout blanc, avec de très, très grandes ailes.

 

Notre petit bonhomme est tout d’abord surpris, et comme l’oiseau s’approche de plus en plus, il prend peur et veut s’enfuir.

C’est alors qu’il entend l’oiseau lui murmurer:

 

– Reste Célestin, ne pars pas, je suis là  pour toi

 

Pas très rassuré, mais tout de même un peu curieux… Surtout que cet oiseau connaît son nom… Célestin ne bouge pas et attend.

Il voit l’oiseau virevolter encore un peu au-dessus de lui, puis, lentement, se poser à  ses côtés.

Qu’il est impressionnant !

Celui-ci déploie ses magnifiques ailes, et, avec une immense tendresse, entoure le corps de notre petit garçon.

 

Célestin sent alors une immense bouffée d’amour et de douceur l’envahir. Un  peu à  l’image de ce qu’il ressent quand il reçoit un vrai câlin de sa maman. Mais là , en plus, c’est comme si il peut se fondre dans cet oiseau blanc.

 

Dieu que c’est bon ! se dit-il

 

De plus il entend répéter à son oreille :

 

– Je suis là  pour toi Célestin

 

Du coup son chagrin a disparu. Il sent son petit cœur se réchauffer.

 

-Mais qui es-tu ? demanda Célestin quand il réussi à  sortir de son extase.

 

– Je suis celui qui est t’accompagne, ton ami invisible si on peut dire.

 

– Mon ami invisible ? répète  Célestin tout étonné de cette réponse.

 

– Mais oui, ton ami invisible, je suis toujours avec toi. D’habitude tu ne me vois pas, mais aujourd’hui, je t’ai senti tellement triste, que je me suis transformé en oiseau blanc pour que tu puisses me voir et aussi savoir que je suis toujours avec toi.

 

-Et pourquoi tu es-tu toujours avec moi ?

 

– Je suis là  pour t’aider quand tu as des difficultés ou un gros chagrin comme aujourd’hui. Tu peux tout me confier.

 

– Ah bon ! dit Célestin, tu veux dire que même invisible tu peux m’aider ?

 

– Bien sur !

 

-Mais, si tu es invisible, comment je fais pour savoir que tu es là  ?

 

– Tu me sentiras  à  l’intérieur de toi. Imagine, Célestin, que ton corps est comme une petite maison avec de nombreuses pièces. Tu peux aller à  l’intérieur. Parfois tu es dans celle de la tristesse, comme tout à  l’heure, ou dans celle de la joie, de la peur,  et si tu vas dans une chambre tout près de ton cœur, c’est là  tu me trouveras. Tu sentiras une chaleur, ou encore  tout plein d’amour. Si tu as des difficultés je t’enverrai un ami pour t’aider ou encore je te soufflerai une idée, un message.

 

– Génial ! Alors tu es vraiment toujours avec moi ? Je peux compter sur toi ?

 

– Bien sur Célestin, je suis toujours avec toi, je ne te quitte jamais…- aussi longtemps que tu seras sur la terre.  C’est le secret que je suis venu te révéler.

-N’oublie pas : tu n’as qu’à  m’appeler. Viens, que je t’embrasse encore une fois, si tu savais comme je t’aime…

Notre petit bonhomme reçoit encore un doux, très doux baiser sur sa joue… et l’oiseau prend son envol.

Gentiment Célestin sort de son rêve. Il ouvre un œil, puis l’autre… s’étire.

 

Quel drôle de rêve se dit Célestin. Il lui semble encore sentir la douce présence de ce grand oiseau blanc.

De plus son chagrin a complètement disparu. Il arrive même à  sourire de ce qui s’est passé. Il se lève et tout joyeux prend le chemin de la maison.

 

Depuis ce jour, ses parents lui trouvent un petit air mystérieux. Parfois, ils le voient parler tout seul ou encore, il remarque un petit sourire au coin de ses lèvres. Ils se demandent quel secret leur petit garçon dissimule.

 

C’est vrai que la vie de Célestin a changé. Il faut dire qu’il a pris son rêve au sérieux. Pour lui maintenant, il en a la certitude, quelqu’un l’accompagne vraiment. Ce n’est plus seulement un rêve. Il ne se sent plus jamais seul. Quand il demande de l’aide, il la reçoit, pour autant qu’il écoute à  l’intérieur de lui, ou remarque les signes que son ami lui envoie.

 

Cependant, c’est auprès de son chêne qu’on le retrouve le plus souvent. Il n’y va plus uniquement quand il a du chagrin. Oh non ! Il sait qu’il a un rendez-vous d’amour important….

Rencontrer son ami invisible…

Car c’est là , dans le creux de cet arbre, qu’il se sent le plus heureux et le plus proche de lui.

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *