Etincelle

ETINCELLE

Au cœur de la jungle, tout paraît paisible. C’est l’été, il fait très chaud. Le soleil est au plus haut dans le ciel. La plupart des animaux sont assoupis et attendent un peu de fraîcheur pour partir chasser.

Pourtant, si l’on y regarde bien, malgré la chaleur, l’agitation est à son comble dans une tribu d’éléphants.

Une éléphante est en train de donner naissance à un éléphanteau.
Rien d’extraordinaire me direz-vous?
Cependant, cette éléphante est la compagne du chef, et si ce nouveau-né est un mâle, il deviendra leur futur chef.
Tous les éléphants se sont donc réunis et attendent, impatiemment, l’heureux évènement.

En s’approchant de plus près, on peut entendre :
– Ce sera sûrement un mâle… Moi, je pense plutôt une femelle… .Il aura peut-être les oreilles de sa mère… .J’espère qu’il saura être un grand chef comme son père….

Plus loin, on voit le chef de la tribu, marcher lourdement, de long en large.
Lui, c’est la première fois qu’il devient père… Sera-t-il à la hauteur de son rôle de père ? Si c’est un mâle, saura t’il lui apprendre à devenir un vrai chef, comme lui, pour le remplacer ?…

Il s’en pose des questions !
Il est partagé, entre la joie d’être père et la responsabilité qu’il aura, dès l’arrivée de cet éléphanteau, qui ne saurait tarder.
Bientôt on entend l’éléphante barrir, signe que l’éléphanteau est né.
Avec respect, le troupeau laisse passer le chef en premier pour découvrir son fils, car c’est un mâle. Puis, les autres, suivent dignement derrière.
Le père, tout ému, s’approche et tendrement passe sa trompe sur le dos de son petit.

Dans la troupe on entend :
Félicitations… Qu’il est beau… C’est un mâle, je l’avais bien dit…
Ce soir-là, c’est la fête au pays des éléphants pour souhaiter la bienvenue à « Etincelle », car c’est ainsi qu’il s’appelle.

Les années passent. Etincelle se porte à merveille, ses parents sont fiers de lui. Il obéit vraiment très bien, mêm58136552a5bf8c3029004a0ea3893d98--elephant-crafts-elephant-nurserye si ce n’est pas toujours facile.
Ses parents ont tellement envie de réussir son éducation et, par le fait même, tellement peur qu’Etincelle ne soit pas à la hauteur, qu’ils lui mettent de nombreux interdits. Ils lui enseignent des règles de vie, qu’eux jugent importantes, avec leur regard et leurs croyances, afin qu’il devienne un vrai chef plus tard.

Souvent, Etincelle doit se contenter de voir les autres éléphanteaux jouer, se rouler dans la boue, car il entend son père lui répéter souvent :
– Un futur chef ne fait pas cela.

Il a pris l’habitude d’être en accord avec son père. Pourtant, au fond de lui, une petite voix lui dit parfois :
– Est-ce vraiment juste de ne pas pouvoir m’amuser avec les autres ? Et surtout de paraître différent des autres?

Mais comme il ne veut pas décevoir ses parents, il reste un éléphanteau sage, beaucoup le montre en exemple.

Malgré tout cela, Arnold, le père a tout de même un souci.
Etincelle, en grandissant, est de plus en plus apprécié par tout le monde.
Il faut dire qu’il porte bien son nom. S’il y a dispute, Etincelle arrive par quelques mots à apaiser le conflit et à leur permettre de trouver un terrain d’entente. Si Etincelle voit un éléphant triste, il s’en approche et, par beaucoup d’écoute, lui redonne le sourire.
De plus en plus souvent, on prend l’habitude de l’appeler lorsque surgit un problème, ou tout simplement, pour être en sa compagnie. Il est toujours disponible et prêt à rendre service.

Son père le trouve beaucoup, mais beaucoup, trop gentil. Il se demande si son fils sera un bon chef plus tard. Un chef, pour lui, c’est quelqu’un qui commande et qui ne s’occupe pas trop de tous les soucis des autres. Il tente de faire comprendre cela à Etincelle.

Lors des déplacements, il prend Etincelle à côté de lui pour lui enseigner la vie de chef.
On l’entend souvent dire :
– C’est moi le chef, c’est moi qui décide. Plus tard quand je serai vieux, c’est toi qui dirigeras et décideras.

Malgré toute sa bonne volonté de plaire à son père, malgré sa peur de le décevoir et tout le respect qu’il lui porte, Etincelle se sent de plus en plus en désaccord avec celui-ci. Il sent au fond de lui qu’il ne pourra pas décider pour tous les autres.
Si être chef c’est cela, il préfère ne pas l’être.
Il garde cela comme un secret au fond de lui ; mais ce secret, comme tous les secrets tenus trop longtemps à l’intérieur de soi, le fait de plus en plus souffrir.

Un matin Etincelle n’y tient plus. Il pique une colère, une vraie colère d’éléphant, on l’entend très loin à la ronde. Son père a de nouveau pris une décision sans tenir compte des autres.

IL se met alors devant celui-ci et lui dit :
-Je ne veux pas être un chef comme toi, je ne veux pas et ne peux pas décider sans tenir compte des autres. A partir d’aujourd’hui, je ne reste plus à côté de toi, je refuse d’être le prochain chef.

Sur ce, il s’enfuit à toutes jambes et se réfugie derrière un énorme arbre, un baobab, redoutant la colère de son père.

Depuis ce jour, nous ne voyons plus Etincelle marcher au côté de son père. Il marche derrière et suit tristement la tribu.

Ca ne peut plus durer ainsi, se dit Arnold, il faut trouver une solution. Je n’ai qu’un fils et il faut qu’il soit le chef plus tard… Que fera ce clan, sans personne qui le commande ?

Parmi tous les éléphants, il y en a un plus vieux, plus sage. C’est vers lui que vont tous les éléphants pour se confier, quand ils ont un souci, ou besoin d’un conseil ; à part le chef, bien sûr, qui, jusqu’à maintenant, a toujours voulu, et pu, se débrouiller seul.

Pourtant, aujourd’hui, on le voit se diriger vers le sage Mamadou, car il reconnaît avoir besoin d’aide.
Mamadou a tout observé et Etincelle est déjà venu lui confier ses difficultés.
Il est heureux de recevoir Arnold et souhaite de tout cœur aider le chef et son fils à se comprendre… Surtout que cette situation devient insupportable pour toute la tribu.

Après l’avoir longuement écouté, Mamadou lui dit :
– J’entends ton souci de chef et ta peur de laisser la tribu sans personne pour les diriger. Mais vois-tu Arnold, Etincelle ne voit pas les choses comme toi, il ne peut pas fonctionner comme toi, s’il devient le prochain chef,

Arnold est tout étonné de ce qu’il entend. Il était sûr qu’il détenait la vérité et que lui seul pouvait apprendre à Etincelle à être un chef comme lui.

Mamadou lui dit encore :
-Etincelle a des idées nouvelles. Il parle d’être chef en écoutant les autres, en acceptant leurs idées. Il rêve d’une tribu où chacun puisse prendre une place et, si un problème surgit, que l’on se mette ensemble pour trouver une solution. Laisse de la place à Etincelle et fais lui confiance.

Arnold écoute. Il sent que quelque chose résonne juste, à l’intérieur de lui, dans ce que dit Mamadou. Cependant, il doit lâcher ce qu’il a toujours cru vrai jusqu’à maintenant et cela lui fait vraiment très peur.

On voit le chef s’éloigner des siens. Il a besoin d’être seul pour réfléchir à ce qu’il vient d’entendre et faire un bout de chemin à l’intérieur de lui.

Quand il revient, il appelle Etincelle et ils ont une grande discussion.
Pour la première fois, Etincelle est entendu par son père.
Cela lui fait tellement chaud au cœur que des larmes de joie coulent de ses grands yeux d’éléphant. Enfin, il est reconnu dans ce qu’il est, au plus profond de lui.

Depuis ce jour, Etincelle a repris place au côté de son père. Pas une place pour apprendre à être comme lui, mais une place où il peut amener sa couleur et vivre sa place de chef à sa manière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *